MONCTON (GNB) – Un nouveau laboratoire provincial de santé publique sera construit au sein du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont afin d’améliorer la surveillance, les enquêtes et les mesures d’atténuation en matière de santé publique.

« La pandémie de COVID-19 a mis en évidence la nécessité pour le Nouveau-Brunswick d’avoir son propre laboratoire de santé publique à la fine pointe de la technologie », a déclaré la ministre de la Santé, Dorothy Shephard. « Ce laboratoire permettra à notre province de disposer d’une ressource centrale où il sera possible d’effectuer des analyses avancées en temps opportun pour appuyer les enquêtes de santé publique. »

Le laboratoire répondra aux besoins du médecin-hygiéniste en chef, contrairement aux autres laboratoires existants qui appuient les cliniciens traitant des patients individuels.

Le laboratoire de santé publique aura une superficie de 929 mètres carrés (10 000 pieds carrés). Les travaux devraient commencer en novembre et se terminer d’ici la fin de mars 2024. Onze employés supplémentaires à temps plein seront embauchés pour travailler au laboratoire.

Le Réseau de santé Vitalité a élaboré un plan pour construire le laboratoire de santé publique en réaménageant de l’espace disponible dans l’hôpital qui est séparé du laboratoire clinique existant. Il pourra ainsi répondre aux besoins accrus de ventilation et aux exigences de sécurité. Les deux laboratoires seront à proximité l’un de l’autre, ce qui permettra le partage de personnel et d’équipement.

« Le laboratoire de microbiologie du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont a su faire briller en pleine crise pandémique son expertise et son leadership en matière de maladies infectieuses, autant sur le plan du développement, de la recherche que de l’éducation », a affirmé le vice-président aux Services de consultation externe et aux Services professionnels du Réseau de santé Vitalité, Stéphane Legacy. « Son évolution en tant que laboratoire de santé publique provincial permettra au réseau Vitalité de ficeler de nouveaux partenariats qui le guideront dans sa mission d’amélioration des soins de santé pour la population du Nouveau-Brunswick. »

Le laboratoire de santé publique servira de soutien aux laboratoires qui font partie des deux régies régionales de la santé. Le laboratoire de l’Hôpital régional de Saint John continuera à traiter les échantillons d’agents de bioterrorisme potentiels, les bactéries entériques et les cultures mycobactériennes.

Voici certains des avantages d’un laboratoire de santé publique spécialisé :

·         centraliser les données en un lieu unique;

·         créer une unité de recherche spécialisée aux niveaux fédéral et provincial;

·         désigner un lieu unique pour assurer la direction et le soutien du laboratoire provincial;

·         s’assurer que du soutien dédié en laboratoire est disponible dans un contexte de préparation aux catastrophes; et

·         s’assurer que le Nouveau-Brunswick est conforme aux autres provinces et territoires pour tout événement futur en matière de santé publique.

L’annonce d’aujourd’hui s’inscrit dans le cadre du plan de la santé du gouvernement, intitulé Stabilisation des soins de santé : Un appel à l’action urgent. Rendu public en novembre 2021, ce plan décrit la marche à suivre en vue de stabiliser et de rebâtir le système de soins de santé du Nouveau-Brunswick afin qu’il soit plus axé sur les citoyens, plus accessible, plus responsable et plus inclusif, et qu’il mette davantage l’accent sur les services.